1. DEUX POÈMES DE VICTOR HUGO ÉCRITS AU PAYS BASQUE

    Et l’antique tilleul, sur cette antique église,

    comme pour l’embrasser, au souffle de la brise,

    penchait ses longs rameaux dorés par le ciel bleu,

    et j’avais le coeur plein de toutes les ivresses,

    car j’assistais, pensif, aux augustes caresses

    que la nature fait è Dieu.

    St. Sébastien, 30 juillet 1843

    * * *

    Au borde des mers quand on sommeille,

    tout caresse et berce l’oreille ;

    c’est le bruit du vent sur les flots ;

    c’est le bruit des flots sur les grèves ;

    on entend, à travers ses rêves,

    les chants lointains des matelots.

    Pasages, 6 août 1843

    Ma route d’Espagne
    N-L

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s